Liaison dangereuse: Médecine esthétique et les médias

Les médias font de plus en plus l’écho des nouvelles techniques médicales esthétiques. Dans certains cas, il s’agit d’avancées médicales au service des patients. Mais, une promotion dans un magazine, sur internet ou à la télévision n’est pas toujours le gage de la qualité d’une technique médicale. Ces promotions médiatiques prennent parfois des médecins peu critiques comme témoin, ce qui peut faussement rassurer les lecteurs.

En raison des promotions médiatiques, ce sont aujourd’hui les patients qui viennent consulter chez le chirurgien avec une demande de technique particulière. Le chirurgien scrupuleux, en refusant de pratiquer une technique pour laquelle il existe peu de recul, a plus du mal à se faire entendre et voit parfois son patient partir chercher ailleurs à satisfaire sa demande.

Le Macrolane, en est un exemple. Il s’agit d’un gel d’acide hyaluronique proposé comme alternative à une augmentation mammaire. Après plusieurs mois de promotion et d’utilisation, certains pays européens, notamment la France, ont dernièrement interdits le Macrolane dans cette indication.

Quand la pression de l’industrie est forte et que les médias jouent le jeu, le risque de dérive existe. Les médecins doivent bien sûr avoir la liberté de proposer des nouvelles techniques, sinon les avancées de la science ne verraient pas le jour. Mais, cela ne doit pas être sous la pression des médias, ni de l’industrie.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *