Mastectomie préventive et la chirurgie reconstructive

La mastectomie préventive est un sujet d’actualité. Notamment, suite aux déclarations d’Angelina Jolie, la star hollywoodienne, qui a bénéficié de cette chirurgie en raison d’un risque probablement élevé de cancer mammaire.

En tant que chirurgien plastique, je crois qu’il est important d’apporter quelques précisions à ce sujet. La mastectomie préventive n’est pas une fatalité, les patientes, sélectionnées de manière rigoureuse pour bénéficier de cette chirurgie peuvent dans le même temps opératoire retrouver leur intégrité corporelle. En effet, par une collaboration entre gynécologue et chirurgien plastique, il est tout à fait possible de reconstruire la poitrine dans le même temps opératoire.

Dans le cas d’une mastectomie préventive, appelée également mastectomie sous-cutanée, une excision ciblée et limitée de la glande mammaire est effectuée. La peau recouvrant la glande et une partie de la graisse sous-cutanée est laissée en place. De plus, la cicatrice limitée au pourtour de l’aréole reste discrète. La reconstruction mammaire est ainsi facilitée et permet d’obtenir des résultats qui sont nettement supérieurs, donc très naturels comparativement à ce que l’on obtiendrait après une mastectomie classique.

En effet, lors d’une mastectomie classique, en général, on prélève plus amplement les tissus mammaires et on laisse une large cicatrice difficile à cacher. Ce qui nécessite l’apport d’une quantité plus importante de volume pour reconstruire le sein, demande une chirurgie reconstructive mammaire plus complexe dont le résultat n’est pas toujours aussi naturel qu’après une mastectomie préventive.

Principalement, deux techniques de reconstruction mammaire peuvent être proposées en même temps qu’une mastectomie préventive et le choix doit être discuté avec la patiente. La reconstruction par implant qui donne un résultat immédiat. Le lipomodelage peut nécessiter une intervention supplémentaire, l’avantage étant de n’utiliser que les propres tissus de la patiente.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *