La chirurgie plastique pratiquée par des médecins non-spécialistes

Dans l’article paru dans 20 minutes Online du 8 février 2012. L’auteur reporte: “en Suisse, une opération des seins sur cinq est effectuée par un médecin non qualifié. En toute légalité.”

Il est vrai qu’aujourd’hui, la loi autorise tout médecin à pratiquer la chirurgie esthétique. Pourtant, c’est une spécialité qui exige clairement des compétences précises et une formation continue auxquels tout médecin ne peut prétendre.

Il se trouve que la Société Suisse de Chirurgie Plastique Reconstructive et Esthétique a eu récemment l’idée, à mon sens judicieuse, d’écrire une lettre à la Confédération pour demander que les compétences des chirurgiens pratiquant notre spécialité soient mieux contrôlées.

De son côté, le médecin cantonal zurichois estime que la loi actuelle est suffisante. Il rappelle que «des mesures disciplinaires peuvent toujours venir sanctionner les médecins qui font quelque chose qu’ils ne maîtrisent pas».

Cette dernière idée est selon moi injustifiable. Quand il s’agit de la santé publique, il me semble qu’il faut agir en aval des risques courus par les patients plutôt que de devoir prendre les “mesures disciplinaires” en amont. Il semblerait que l’expression “mieux vaut prévenir que guérir” ne s’applique pas à la médecine dans notre pays.

La France a de l’avance dans ce domaine. Je l’avais déjà constaté en 2010 dans ce blog (message du 16.06.2010). Le secrétariat de l’Etat à la Santé et l’Ordre des médecins sont très actifs pour contrôler la pratique médicale dans l’Hexagone. L’exemple le plus récent concerne l’utilisation par les dentistes de produits de comblements esthétiques de visage qui serait semble-t-il bientôt interdite.

Je dois malheureusement constater que la situation n’a pas beaucoup évoluée dans notre pays depuis 2010 alors que la Communauté Européenne planche sur une réglementation. En attendant une réglementation suisse plus stricte, inspirée pourquoi pas de la France ou de la CE, nous avons sur notre site internet établi une liste des critères qui permettent de choisir un spécialiste compétent en chirurgie plastique.

Prothèses mammaires PIP, que faire?

Cette semaine, J’ai reçu le téléphone d’une patiente opérée au Moyen-Orient et porteuse de prothèses mammaires PIP. Elle a été alertée par les médias de l’affaire PIP qui déferle la chronique en ce moment et voulait savoir qu’elle attitude adoptée. Malheureusement, la faillite de la Société PIP qui, comme l’illustre le cas de cette patiente, a vendu des prothèses mammaires défectueuses de part le monde empêche les patientes lésées d’espérer un jour obtenir justice.

Les patientes porteuses de prothèses PIP peuvent être divisées en deux catégories. L’attitude est claire pour celles qui présentent une rupture prothétique, il s’agit de retirer rapidement les prothèses. Cette intervention est prise en charge par les assurances maladie. Par contre, dans les cas des patientes sans rupture prothétique, il n’y a pas de consensus clair de prise en charge pour l’instant. Mais, de plus en plus de chirurgien plastique, et j’en fais partie, estiment que le retrait des prothèses PIP est également la solution la plus raisonnable dans cette deuxième catégorie.

En effet, il semblerait que même si toutes les prothèses PIP ne contiennent pas le gel de silicone “non-médical” qui fait tant polémique, il est difficile de savoir quel lot n’est pas défectueux. En ce qui concerne la prise en charge financière du retrait des prothèses sans rupture, en Suisse, les assurances maladie ne semblent pas vouloir pour l’instant prendre en charge les retraits des prothèses mammaires.

En conclusion, si vous avez des prothèses PIP, consultez un spécialiste FMH en chirurgie plastique pour qu’il étudie votre dossier et vous conseille. Le retrait des prothèses PIP dans tous les cas semble être l’attitude raisonnable.

Par ailleurs, je rappelle que le lien entre cancer mammaire et prothèse mammaire n’a jamais été démontré par de très nombreuses études scientifiques qui ont été effectuées depuis de nombreuses années.

Les statistiques montrent qu’il y aurait environ 500’000 patientes porteuses de prothèses PIP dans le monde, dont 30’000 à 50’000 en Europe et environ 250 en Suisse.

Les gouvernements sont divisés sur l’attitude à adopter dans ce dossier. La France, l’Allemagne et la République Tchèque ont décidé de prendre en charge l’explantation chirurgicale chez les patientes porteuses de prothèses PIP. Le Royaume-Unis a une attitude encore peu claire. Puisque, le gouvernement a annoncé qu’il ne prendrait pas en charge la chirurgie. Mais, le secrétaire à la Santé, Andrew Lansley a déclaré récemment que pour certaines patientes l’état pouvait rentrer en matière. Font partie de ces patientes celle qui ont eu une reconstruction mammaire et/ou qui ont été traitées dans une Clinique privée qui a depuis fermé ces portes.

En ce qui concerne le corps médical, L’ISAPS (International Society of Aesthetic Plastic Surgery) qui représente un nombre important des chirurgiens plasticiens dans le monde appuie la décision du gouvernement français et recommande dans tous les cas une explantation des prothèses PIP.

En Suisse, les patientes ne peuvent, pour l’instant, prétendre à une prise en charge par leur assurance maladie de cette chirurgie. Mais, le dossier prend de plus en plus d’ampleur. En effet, les victimes commencent à s’organiser (à travers l'”association 95C” par exemple) et tentent de trouver et éventuellement conduire en justice les responsables helvétiques de ce débâcle.

Les cellules souches dans le lipofilling, un argument marketing?

Les cellules souches sont comparables à des blocs de marbre brutes qui peuvent être sculptés et permettre d’obtenir différents types de cellules spécialisées. Aujourd’hui, certains chirurgiens prétendent pouvoir isoler les cellules souches de la graisse et de les utiliser afin d’améliorer les résultats des lipofillings. Cette affirmation est présomptueuse et non-éthique.

Personnes ne contestent le potentiel thérapeutique des ces cellules. Et de nombreux chercheurs étudient l’utilité de la graisse enrichie en cellules souches dans les traitements esthétiques. Pourtant, on ne peut prétendre maîtriser leur comportement. L’expérimentation de laboratoire a permis d’observer que les cellules souches permettent la production de collagène et de nouveau vaisseaux sanguins. Mais, les études sérieuses, sur l’utilité et le mode d’action des cellules souches dans la graisse enrichie chez l’homme, manquent. Dans ce contexte, il vaut mieux ne pas spéculer sur la santé de nos patients.

Par ailleurs, le lipofilling sans enrichissement de cellules souches donnent de très bon résultats chez les patients bien sélectionnés. En effet, grâce à ce premier, les volumes du visage sont restaurés, les rides et les tâches sont atténuées, la texture de la peau améliorée et globalement un rajeunissement naturel du visage est obtenu.

BRAVA et greffe de graisse: nouvelle technique dans l’augmentation mammaire sans prothèse

Le système BRAVA est une avancée importante en chirurgie mammaire. Cette technique a été mise au point par le Dr Roger KHOURI. L’avantage de cette technique est de permettre d’obtenir une augmentation de volume mammaire finale nettement plus importante par rapport à un lipomodelage classique. Ill s’agit d’une technique qui permet d’appliquer sur la région mammaire un dôme à l’intérieur duquel on crée une faible et constante pression négative. Cette pression négative crée progressivement une augmentation de volume mammaire. Après un mois de préparation à raison d’un dizaine d’heures par jour, un lipomodelage (greffe de graisse) sera effectué. Puis, la patiente doit porter le BRAVA pendant deux semaines pour stabiliser le résultat. L’association de BRAVA et du lipomodelage est la clé pour une augmentation de volume mammaire en une séance chirurgicale qui sera stable dans le temps.

Cette technique convient particulièrement aux jeunes femmes actives avec une demande esthétique d’augmentation mammaire. Le BRAVA permet d’obtenir un volume adéquat en une seule intervention alors qu’avec un lipomodelage classique 2-3 séances sont nécessaires.

Une autre indication intéressante est dans les reconstructions mammaires après mastectomie partielle ou totale. En effet, le BRAVA permet de reconstruire la forme et le volume du sein. Jusqu’à aujourd’hui, nous faisions appel à des reconstructions par lambeaux, qui sont des techniques compliquées, qui créent des cicatrices ailleurs sur le corps et qui sont coûteuses. L’autre alternative étant les reconstructions par prothèse qui donnaient des résultats moins naturels. Grâce au BRAVA, on peut non seulement créer du volume mais également donner une forme naturelle au sein. Dans les cas de reconstruction, plusieurs séances chirurgicales sont nécessaires.

Le facteur limitant de cette technique est la quantité de graisse à disposition qui dicte la quantité de lipomodelage possible.

Le lipomodelage avec le système Brava (www.brava.com), permet d’obtenir d’excellents résultats d’augmentation mammaire sans prothèse et en une seule séance chirurgicale. La contrainte principale est le port de l’appareil pendant 10 heures par jour et durant un mois, et ce avant l’intervention puis deux semaines après l’intervention. Le sein créé est de consistance tout à fait naturelle et vieillirait comme le sein natif. Par ailleurs, dans beaucoup de cas la lipoaspiration est un avantage supplémentaire non-négligeable qui permet d’améliorer le contour de la silhouette.

Les dangers liés au tourisme médical

Nous savons que l’utilisation abusive des antibiotiques peut provoquer le développement des bactéries multirésistantes aux antibiotiques.

Une étude récente publiée dans la revue scientifique médicale The Lancet (Volume 376, Issue 9751, Pages 1465 – 1466, 30 October 2010) met en exergue le risque d’infection grave lié à une nouvelle génération de bactéries résistantes aux traitements antibiotiques. Le premier cas d’infection par une entérobactérie productrice d’une enzyme de type “New Delhi métallo-beta-lactamase” (NDM-1) a été identifié en 2009 chez un suédois qui avait été hospitalisé en Inde.

Depuis la parution de l’article, plusieurs cas ont été rapportés en Europe, au Canada, aux Etats-Unis, au Kenya, en Australie, à Hong Kong et au Japon, et il s’agissait à chaque fois de patients rentrant d’Inde ou du Pakistan. Il est important que les patients qui souhaitent subir une intervention chirurgicale dans un pays étranger soient au courant de ce type de pathologie.

Ces nouvelles bactéries multi-résistantes peuvent provoquer des infections graves chez les patients qui partent à l’étranger pour une intervention chirurgicale. Elles peuvent également provoquer des infections graves chez les personnes à qui ces bactéries pourraient être transmises au retour de voyage et potentiellement provoquer, dans le futur, un problème de santé publique.

Traitement des pommettes: le nouveau pilier du rajeunissement facial

Les pommettes ont un rôle central dans la beauté du visage. Ces dernières ont tendance à perdre du volume avec l’âge. Il s’agit là de l’un des premiers et des plus importants signes du vieillissement, parfois dès l’âge de 30 ans.

L’injection d’acide hyaluronique “volumateurs” me semble être une technique intéressante pour restaurer la beauté des pommettes (Figure 1). Il s’agit d’une alternative au lipofilling et à la mise en place de prothèses malaires.

pommette1
Figure 1: augmentation des pommettes à l’acide hyaluronique

Les avantages de l’acide hyaluronique sont:

  • Ne nécessite pas de chirurgie
  • Le résultat est immédiat sans éviction sociale

Le désavantage principal est:

  • Il faut répéter le geste tous les 18 mois

Par ailleurs, le fait de traiter les pommettes a des conséquences indirectes bien utiles sur le reste du visage. En effet, en créant un “effet tente” au niveau de pommettes l’acide hyaluronique va mettre sous tension la peau effaçant partiellement les sillons naso-géniens et les cernes. L’injection de ce volumateur se fait en profondeur, ainsi les contours du visage restent très naturels.

Enfin, cette technique peut être aisément associée à d’autres. Comme par exemple, la correction de volume au niveau des tempes et des joues. Elle peut être également associée au traitement des cernes, des sillons naso-géniens, des rides ou autres ridules. Ainsi, durant la même séance, on peut obtenir des résultats qui ne sont pas permanentes mais qui sont très appréciés par les patients.

Trop peu de patientes ont recours à une reconstruction après ablation mammaire pour cancer

Une étude récente aux États-Unis par l’OSHPD (California Office of Statewide Health Planning and Development), entre 2003 et 2007, sur toutes les patientes ayant subi une mastectomie a montré que seul 24.8% en 2003 et 29.2% en 2007 des patientes ont bénéficié d’une reconstruction mammaire. Même s’il y a une tendance à l’augmentation de patientes dans le temps, une minorité de patientes bénéficient des techniques de reconstruction mammaire qui permettent de retrouver une image corporelle plus harmonieuse.

Dans cette étude l’âge, la race, le type d’assurance et d’hôpital apparaissaient comme facteurs significatifs de limitation à la demande de reconstruction. En général, le manque d’information sur le sujet concernant les techniques qui permettent de reconstruire le sein semble être également un des facteurs les plus importants de cette limitation.

Suite de l’affaire lipolyse: Le décret suspendu provisoirement

Suite aux plaintes des praticiens qui utilisent les différentes techniques de lipolyse en France, le décret interdisant l’utilisation de la lipolyse a été levé provisoirement. En effet, le conseil d’état doit rendre un avis sur le sujet dans 18 mois.

La lipolyse interdite par le Ministère de la Santé en France

Suite à un rapport de la HAS (haute autorité sanitaire), la lipolyse va être interdite par le ministère de la santé française. En effet, il s’avère que les complications provoquées par l’utilisation de la lipolyse ont induites des séquelles graves chez plusieurs patients.

La lipolyse regroupe l’ensemble des techniques qui permettent de détruire la graisse sans l’extraire du corps. C’est une alternative à la lipoaspiration qui est la technique de référence. Dans le cas de la lipolyse, il peut s’agir de techniques utilisant de produits injectables (comme par exemple la phosphatidyl inositol) qui provoquent la lyse des cellules graisseuses. Mais, il existe également des appareils qui peuvent induire la destruction cellulaire. On parle de lipolyse à ultrason (destruction de manière mécanique dues aux fortes vibrations), de lipolyse laser (destruction par chaleur) ou de lipolyse à radiofréquence (destruction par chaleur également), etc.

Dans notre société, la promesse de l’élimination de la graisse par des moyens peu invasifs représente un marché économique très important. Ce qui influence de manière anormale la commercialisation de techniques certes innovatrices mais dont l’innocuité n’a pas été établie par des études scientifiques sérieuses. Les utilisateurs (les médecins) et les consommateurs (les patients) sont en quelque sorte piégés par la nouveauté et les promesses de résultat positif.

Le taux de complication lié à la lipolyse peut être également lié à l’utilisateur. En effet, certaines techniques, qui pourraient s’avérer efficace et sûres, peuvent être pratiquées par des personnes qui n’ont pas la formation nécessaire. Ce qui n’est évidemment pas conseillé et peut donc engendrer des complications qui discréditent ces mêmes techniques.

En conclusion, les techniques de lipolyse doivent au préalable faire l’objet de réflexion et de recherche scientifique sérieuse pour écarter les techniques nocives. Mais également, pour comprendre les précautions à prendre dans leur emploi. La commercialisation trop rapide est donc dangeureuse pour la santé des patients et risque de discréditer les techniques qui pourraient s’avérer utile si leur utilisation avait été au préalbale bien encadrée.

Voici le lien vers l’article publié par la HAS

L’interdiction de Macrolane dans l’augmentation mammaire par l’Afssaps

Depuis le 26 août de cette année l’Afssaps (l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a interdit l’utilisation de Macrolane dans l’augmentation mammaire. Cette décision est basée sur le fait que ce produit pourrait rendre difficile l’examen clinique et l’analyse radiologique du parenchyme mammaire dans le dépistage des cancers du sein. Cette décision n’est liée à aucun évènement indésirable grave en rapport à l’utilisation du Macrolane. Par conséquent son utilisation dans d’autres indications n’est pas mise en cause (voir Macrolane)

Aujourd’hui les techniques préconisées dans l’augmentation mammaire sont l’augmentation mammaire par implant mammaire ou son alternative l’injection de graisse (lipofilling).